mercredi 9 novembre 2016

CAC40 clôture

CAC 40 : Les valeurs du jour à la clôture de la Bourse de Paris



0

0
09/11/2016 | 18:40
NATIXIS RECULE DE 3,16%

Les valeurs du jour mercredi à la Bourse de Paris, qui a effacé ses pertes dans le sillage de la réaction mesurée de Wall Street à la victoire de Donald Trump à la présidentielle américaine.


L'indice CAC 40 a clôturé en hausse de 1,49% à 4.543,48 points, mené par les secteurs de la santé, des mines, de la défense et de la construction, premiers bénéficiaires de la victoire du candidat républicain.
"Nous ne pensons pas que les investisseurs vont perdre leur moyens. N'oublions pas que la campagne de Trump a continuellement surpris le public. Il est tout à fait possible qu'après son élection, il puisse surprendre positivement les marchés", a commenté Stefan Kreuzkamp, CIO chez Deutsche Asset Management.

* Le secteur BANCAIRE européen, en net repli en matinée, a finalement fini sur un gain de 1,82%, les investisseurs estimant que le scénario d'une hausse prochaine des taux directeurs de la Fed n'était pas remis en question par la victoire de Donald Trump.
* SOCIETE GENERALE a gagné 3,97% à 38,875 euros, CREDIT AGRICOLE 3,79% à 10,67 euros et BNP PARIBAS 3,16% à 54,8 euros.
* NATIXIS a fait exception avec un recul de 3,16% à 4,476 euros au lendemain de la présentation d'un nouveau plan d'économies à horizon 2020.

* Les valeurs liées aux MINES ont enregistré la plus forte hausse sectorielle en Europe (+6,56%). Seth Rosenfeld de Jefferies a relevé sa recommandation à "l'achat" sur les valeurs minières et métallurgiques américaines car celles-ci pourraient bénéficier des mesures protectionnistes de Donald Trump et de ses promesses d'un accroissement des investissements d'infrastructure de plus de 500 milliards de dollars.
* IMERYS, a pris 3,03% à 65,39 euros.
* Dans la lignée des valeurs minières, ARCELORMITTAL (+10,49% à 6,48 euros) pourrait bénéficier de l'élection de Donald Trump pour deux raisons principales, selon Rochus Brauneiser chez Kepler Cheuvreux: un dollar baissier qui pourrait constituer un support pour les matières premières et d'éventuelles barrières protectionnistes qui pourraient bénéficier à ArcelorMittal, bien implanté aux Etats-Unis.

* En revanche, la perspective de mesures protectionnistes a pesé sur de nombreuses valeurs CYCLIQUES, notamment l'automobile (-0,43% pour l'indice sectoriel européen) .
* RENAULT est parmi les plus fortes baisses du CAC 40 avec un repli de 2,12% à 75,4 euros sur fond d'inquiétudes quant à son usine partagée avec Mercedes-Benz au Mexique dont l'exploitation devrait débuter en 2018.
PSA recule de 0,78% à 13,625 euros et VALEO de 1,55% à 50,84 euros.
* L'OREAL cède 1,68% à 163,9 euros et LVMH 0,33% à 165,6 euros.

* Les valeurs de la SANTÉ enregistrent la deuxième plus forte des quelques progressions sectorielles en Europe avec un gain de 4,64%. La défaite de la candidate démocrate éloigne la perspective de mesures radicales pour faire baisser les prix des médicaments et juguler la hausse des traitements innovants.
* SANOFI gagne 5,84% à 77,15 euros, plus forte hausse du CAC 40. IPSEN prend 3,05% à 62,86 euros, GENFIT 3,73% à 18,93 euros, INNATE PHARMA 2,87% à 11,47 euros.

* Les valeurs liées au BTP, LAFARGEHOLCIM (+4,03% à 52,4 euros),SAINT-GOBAIN (+3,33% à 40,93 euros) et VICAT (+2,22% à 55,79 euros) ont avancé dans la lignée des annonces du candidat Trump sur les investissements en infrastructure.

* Valeurs liées à la Défense, THALES (+4,94% à 89,49 euros) et DASSAULT AVIATION (+4,99% à 1.023,7 euros) ont profité pour leur part des déclarations de Trump sur un renforcement des forces armées et une remise en cause d'alliances internationales.

* En revanche, AIRBUS GROUP a cédé 2,73% à 54,26 euros. La victoire de Donald Trump jette une ombre sur la fourniture d'avions de ligne à l'Iran. Airbus, selon des sources, est sur le point de boucler le processus pour 17 avions mais a besoin du feu vert de Washington pour une deuxième tranche d'appareils dont des pièces détachées sont de fabrication américaine.

* TELEPERFORMANCE a enregistré la plus forte baisse du SBF 120 (-5,96% à 86,85 euros). Pour Mourad Lahmidi, analyste financier chez MainFirst, la possible abrogation de l'Obamacare par le président Trump met en péril 8% du chiffre d'affaires et 12% des profits du spécialiste des centres d'appel.

* ALSTOM, troisième hausse du SBF 120 avec un gain de 9,04% à 25,88 euros, a profité pour sa part du bond des prises de commandes du constructeur ferroviaire au premier semestre à la faveur de méga-contrats comme la commande de TGV aux Etats-Unis et l'extension du métro de Dubai.
* BOUYGUES (+3,37% à 29,88 euros), qui détient 28% d'Alstom, estime à 36 millions d'euros la contribution d'Alstom à son résultat net du troisième trimestre qui sera publié le 16 novembre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire