vendredi 26 juin 2015

BELVEDERE

BELVEDERE dopé par Exane


26/06/2015 | 12:01
Belvédère bondit de 11,03% à 19,43 euros soutenu par Exane BNP Paribas. Selon une source de marché, le broker a entamé le suivi du titre avec une opinion Surperformance" et un objectif de cours de 22,50 euros. Selon lui, les entreprises avec un passé agité ne doivent pas nécessairement être méprisées. Le courtier salue le redressement du groupe du spiritueux désormais doté d'un profil de risque plus sur. Il loue également les qualité du nouveau management emmené par le directeur général Jean-Noël Reynaud. Un ancien de Lactalis, Coca-Cola et Rémy Cointreau.


Exane évoque aussi les lourdes tensions au sein de la gouvernance du groupe, certains actionnaires minoritaires voulant empêcher le principal actionnaire, Diana Holdings, de prendre son contrôle. D'après l'analyste, ce conflit n'est pas de nature à faire "dérailler" l'histoire de Belvédère.

Cette étude d'Exane tombe en effet à quelques jours d'un rendez-vous décisif pour Belvédère. Le 30 juin est en effet prévue une assemblée générale qui déterminera sa nouvelle sa gouvernance

Début juin, la société SPC Lux (4,8% du capital), a demandé d'inscrire au menu de cette assemblée une résolution demandant la révocation de trois administrateurs, dont Rita Maria Zniber, PDG de Diana Holdings.

Chez Belvédère : deux camps s'affrontent : les actionnaires minoritaires, dont SPC Lux, contre le concert formé par Diana Holdings (17,31% du capital) et le géant français du négoce Castel (5,66%)

Ce sont ces derniers qui ont mis le feu aux poudres en réclamant la démission de quatre administrateurs indépendants, dont celle du président du conseil, et la constitution d'un nouveau conseil de huit membres comportant quatre représentants du concert.

Avec les droits de vote double dévolus à la présidence du conseil, qui serait assumée par Rita Maria Zniber, PDG de Diana Holdings, le conseil de Belvédère serait de fait contrôlé par le groupe agroalimentaire marocain.

Une situation qui n'est pas acceptable pour les autres actionnaires dont certains se sont attachés les conseils de Colette Neuville. La présidente de l'Association pour la défense des actionnaires minoritaires (Adam) est déterminée à empêcher la famille Zniber de prendre le contrôle du groupe sans en payer le prix.

L'enjeu financier est d'importance. Au bord de la faillite il y encore deux ans, le propriétaire des marques Marie Brizard, William Peel et Sobieski a réduit ses pertes en 2014 et renoué avec la croissance au premier trimestre, récoltant les premiers fruits de son plan stratégique "BIG 2018". A 19,25 euros, le titre affiche un gain de plus de 79% depuis le début de l'année. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire